Uncertainty and Possibility - Le temps du vivant - Cycle de conférences

  • Culture
  • Culture scientifique
Publié le 25 mars 2022 Mis à jour le 25 mars 2022
Date(s)

le 7 avril 2022

de 18H30 à 20H00
Lieu(x)

Campus Villa Arson

dans l'amphithéâtre 4

Dans le cadre du cycle de conférences "Le temps du vivant", le jeudi 7 avril 2022 se tiendra une conférence en anglais intitulée "Uncertainty and Possibility".

Dans le cadre du cycle de conférences "Le temps du vivant", la Villa Arson accueillera Tim Ingold, anthropologue, professeur émérite en anthropologie sociale à l'Université d'Aberdeen en Écosse. Il tiendra une conférence en anglais, intitulée Uncertainty and Possibility.

Animé par Vittorio Parisi, responsable des études et de la recherche de la Villa Arson, le cycle a l’objectif d’interroger la dimension esthétique et politique du vivant, ainsi que ses croisements avec le monde de la création artistique contemporaine.

Tim Ingold est professeur émérite d’anthropologie sociale à l’Université d’Aberdeen en Écosse. Il a effectué des études sur les peuples Saami et les Finlandais en Laponie. Il a écrit sur l’environnement, la technologie et l’organisation sociale dans le Nord circumpolaire, sur les animaux dans la société humaine, ainsi que sur l’écologie humaine et la théorie de l’évolution. Ses intérêts actuels se situent au croisement entre l’anthropologie, l’archéologie, l’art et l’architecture. Ses ouvrages récents comprennent Being Alive  (2011), Une brève histoire des lignes (2011), Faire : anthropologie, archéologie, art et architecture (2017), Marcher avec les dragons (2018), L'Anthropologie comme éducation (2018), Correspondances (2020), Machiavel chez les babuins (2021) et Imagining for real (2022).

We often lament that we face an uncertain future. If only we could be more certain, then we could plan ahead, prepare ourselves, perhaps even change things to weed out aspects of the future we don’t like, and choose those we do. But perhaps be careful what we wish for! After all, the one certainty we all face is that every one of us will eventually die. It is a defining property of life, to the contrary, that it continually overreaches itself. Life is pure excess. The curse of uncertainty is that it presents this excess as a deficit. What would it take to turn this around, to face the future as a realm not of uncertainty but of possibility? It would mean imagining generations differently, not as layers that replace one another in sequence, but as the overlapping strands of a ropework.

L'événement est ouvert au public dans la limite des places disponibles.